LA TRANSITION

La transition est une experience sociale en cours, un mouvement de citoyens qui se rassemblent pour re-imaginer et reconstruire le monde en veillant a creer un mode de vie sain.

Qu’est ce que la transition ?

La transition est une expérience sociale en cours, un mouvement de citoyens qui se rassemblent pour ré-imaginer et reconstruire le monde en veillant à créer  un mode de vie sain. C’est un mouvement que vous pouvez rejoindre. Il est inspirant, positif et évolutif.

Né en 2005, il ne cesse de prendre de l’ampleur. Il est composé de citoyens qui ont décidé d’agir au niveau local pour répondre aux défis majeurs de notre époque. En se rassemblant, ils parviennent à inventer des solutions. Ils favorisent une culture de solidarité qui prend soin de l’individu, du groupe et de la nature. Ils se réapproprient l’économie, stimulent l’entrepreneuriat, ré-imaginent le travail, apprennent de nouvelles compétences et tissent des toiles de liens et de soutien. Leurs débats sont courageux, les changements qu’ils génèrent sont extraordinaires (réseau transition)

Pourquoi la transition ?

Le pic pétrolier et le dérèglement climatique.

Pourquoi et comment faire face ?

Pourquoi et comment faire face aux boulversements à venir ?

La résilience au coeur des objectifs de la transition

Les initiatives de transition cherchent à creer des communautés résilientes.

Transition et permaculture

A l’origine, le concept de transition est fondé sur les principes de la permaculture.

Pourquoi la transition ?

Le Pic Pétrolier, KEZAKO ?

Le pic pétrolier désigne le moment ou la production mondiale de pétrole plafonne en volume avant de commencer à décliner.

pic petrolier

Le patron de chez Total, lui-meme (Patrick Pouyanné) alertait dans une interview accordée au journal « Le Monde », en février 2018, sur les risques de pénuries de pétrole à partir de 2020.

Si vous souhaitez en savoir davantage, le petit documentaire « sans lendemain », disponible sur la « plateforme vidéo gratuite de la transition » : Imago TV décrit bien le phénomène et les enjeux.

En conclusion, nous sommes devenus extrêmement dépendants de ce pétrole qui est notre principale source d’energie. Un avenir plus pauvre en pétrole nécessite que l’on y consacre, dès aujourd’hui, assez de reflexions et d’imaginations pour envisager des alternatives.

Cette étape, c’est celle de la transition.

Le dérèglement climatique, on en parle ?

Origines : Le dérèglement climatique, ou réchauffement climatique est provoqué par l’émission de gaz à effet de serre (GES). Ces GES sont émis lors de la combustion des énergies fossiles que sont le charbon, le gaz et le pétrole. Notre économie actuelle est dépendante à 95% de ces énergies.

Les GES sont à l’origine d’un phénomène naturel qui permet de maintenir la température moyenne de la planète à 15°. Sans eux, il ferait en moyenne -18°. Ils agissent comme une serre de jardin en retenant une partie de la chaleur dans l’atmosphère.

Le problème débute en 1850, au commencement de l’ère industrielle. Les activités humaines se sont mises à émettre de plus en plus de gaz à effet de serre (GES). Les transports, l’industrie, la production d’énergie, la déforestation, l’agriculture intensive sont à l’origine d’émissions de GES que la Terre ne peut plus naturellement absorber et la température augmente.

Depuis 1970, on constate que la température moyenne de la planète s’élève bien plus vite que s’il n’y avait pas d’homme sur terre.

Selon le GIEC (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’homme a ajouté 30% de CO2 dans l’atmosphère depuis 1850. A titre d’exemple, sur deux litres de CO2 que l’homme rejette dans l’atmosphère, seul 1 Litre profite aux plantes et aux océans, l’autre litre reste là, dans l’air.

Conséquences :

Le niveau de la mer augmente

 car l’eau se dilate sous l’effet de la chaleur, de la fonte des glaciers et des calottes glaciaires.

La banquise fond

et la mer se réchauffe ainsi plus vite.

La perte massive de la Biodiversité

Le changement climatique est la 3eme cause de la perte de biodiversité (Il y en a 5)

Les évènements météorologiques extrêmes

sont de plus en plus fréquents, de plus en plus intenses : canicules, secheresses, inondations, tempetes, etc.

L’acidification des océans

(à cause du CO2) menace le plancton à la base de la chaine alimentaire.

Pourquoi et comment faire face aux bouleversements à venir ?

Toutes les hypothèses concernant les conséquences du dérèglement climatique émises depuis 40 ans par des milliers de scientifiques (dont le GIEC) se confirment au fil du temps. Le postulat de l’existence du Pic pétrolier n’est plus contestable. l’ère du pétrole bon marché (c’est à dire de 1850 à nos jours) touche à sa fin.

On peut honnêtement dire que le sujet est incontestablement anxiogène du fait de son caractère imminent et tout à la fois imprévisible. Ces constats peuvent donner envie de faire l’autruche car nous ne savons pas exactement à quoi nous attendre, pour nous, nos enfants et nos petits-enfants.

Nous savons qu’il va falloir être créatifs et rigoureux pour diminuer nos émissions de CO2, ce qui signifie revoir en profondeur nos modes de vie.

Toutefois, nous sommes convaincus que :

R.Hopkins (2010)

« Un futur plus sobre en énergie et plus résilient ne signifie pas forcement de jouir d’une qualité de vie inférieure à celle du présent. Au contraire, un avenir ou l’économie locale serait revitalisée possèderait bien des avantages par rapport au présent. »

D.Holmgren

« L’adhésion positive et sans reserve à la descente énergétique, pas seulement en tant que réalité inévitable, mais aussi souhaitable. »

Petit traité de résilience locale (2015)

« Les transitionneurs n’attendent pas les gouvernements, ils inventent dès à présent des manières non tragiques de vivre cet effondrement. Ni catastrophistes, ni optimistes, ils ne sont pas dans l’attente du pire, mais dans la construction du meilleur »

Pierre RABHI nous parlerait quant à lui de « la sobriété heureuse » qui déconstruit le mythe de la croissance illimitée.

Leur manière d’appréhender la situation nous conforte dans la nécessité de communiquer autour de ces sujets délicats et souvent vecteurs de déni, d’angoisses ou de sentiments d’impuissance. Malgré l’ampleur du défi, c’est avec enthousiasme que nous pensons pouvoir faire face à ce qui nous attend, en explorant nos propres réponses, ici et ensemble, à Bourg-la-Reine.

La résilience au coeur des objectifs de la transition

Les initiatives de transition cherchent à créer des communautés résilientes, c’est-à-dire plus aptes à supporter les chocs à venir. Bourg-la-Reine en transition, c’est un catalyseur qui permet de rassembler tous les habitants intéressés et de se soutenir pour augmenter la résilience individuelle et collective à travers la création de projets. Par conséquent, le rôle que nous attribuons aux autorités locales dans ce processus est de soutenir pas de le diriger. Les initiatives de transition opèrent indépendamment des élus locaux, du moins au début.

Un système résilient sait faire face à l’imprévu. Mieux, il absorbe ces changements, les intègre et peut évoluer à plus long termes. Il est donc à la fois persistant (dans son identité et ses fonctions) et souple au point d’être capable de naviguer dans les turbulences, voire de se transformer lorsque la situation l’exige. En bref, il sait changer pour durer »

Petit traité de résilience locale (2015)

Transition et permaculture

La permaculture, c’est l’intégration harmonieuse du territoire et des gens pour satisfaire d’une façon viable leurs besoins en nourriture, en habitation, en énergie et autres autant sur les plans matériel qu’immatériel.

C’est la création d’une culture de la permanence (à contrario des productions annuelles et intensives). Elle est essentielle à toute stratégie de descente énergétique pour préparer à la vie après le pétrole.

La permaculture est une philosophie pour travailler avec la nature au lieu de lutter contre elle, une observation prolongée et réfléchie au lieu d’un travail prolongé et irréfléchi.

B.Molisson

Nos évènements

Participez à nos évènements et échangez avec d’autres réginaburgiens

InstaLive Poulailler

InstaLive Poulailler

INSTA-LIVE - en replay   Samedi 16 mai, nous étions en immersion dans le poulailler collectif des Poules aux potes sur Instagram. On a parlé compost, poules, microferme, bio déchet, économie circulaire, autonomie et transition. Rien que ça ! C’est notre copine...

Share This